Pouvoir- Domination- Oppression

6906222-cat-book

            Si les textes se proposant d’analyse les rapports de pouvoir, de domination, d’oppression etc. ne manquent pas, on peut cependant regretter que ces termes ne soient, la plupart du temps, pas définis. Ils sont ainsi souvent utilisés comme des termes prêt- à- employer, assez vagues, dont on pense saisir a peu près le sens sans que l’on ne soit cependant capable d’en donner une définition un peu formelle.
Pire, il arrive parfois que ces termes soient utilisés indifféremment, on utilise ainsi le terme d’oppression ou de domination l’un à la place de l’autre.

Il convient donc de s’y arrêter en préambule sur ce blog.

Evidemment, on pourrait débattre sans fin sur la façon de conceptualiser ces termes, surtout que ces définitions seront davantage théoriques qu’historiques. Nous allons simplement ici essayer de dégrossir un peu ces termes, à charge pour les personnes intéressées de les approfondir et de travailler sur leur complexité ainsi que les débats ultérieurs qu’ils ouvrent.

Pouvoir

Lorsque nous parlons de pouvoir nous l’utilisons dans son sens assez général, issue de la tradition sociologique Wébérienne [1] comme « possibilité pour un humain ou un groupe d’humain d’imposer, par tout moyen, sa/leur volonté à un autre humain ou groupe d’humains dans une relation sociale en dépit des résistances ».

Plus précisément Weber utilise le terme allemand Macht, que l’on traduit habituellement par puissance.

A noter qu’un rapport de pouvoir au sens ou nous l’employons n’est pas nécessairement structurel, c’est-à-dire ne met pas forcément en jeu les structures sociales, les institutions ou des groupes et catégories sociales.

Il peut exister des rapports de pouvoir purement interindividuels ou purement anecdotiques, limitées à deux individus et à un moment donné, comme par exemple braquer un pistolet sur quelqu’un dans la rue pour lui soutirer de l’argent.

Domination

La tradition sociologique Wébérienne définit la domination comme « la chance qu’a un individu de trouver des personnes déterminables prêtes à obéir à un ordre de contenu déterminé. [2].

Nous disons tradition Wébérienne et pas Weber lui-même parce que, et il est important de le noter, Weber étant un auteur allemand, il n’utilise pas le terme domination mais le mot allemand Herrschaft, qui peut également être défini par contrôle, gouvernement, règne.

On est cependant assez proche du sens étymologique latin : dominus étant traduit par maître et dominatio par souveraineté.

A partir de là nous allons proposer d’introduire une distinction entre pouvoir et domination  qui est, plus ou moins, la même que celle entre Macht et Herrschaft : le pouvoir (Macht) est la notion abstraite ou, à la rigueur, le fait interindividuel ; la domination (Herrschaft) est le pouvoir institutionnalisé, structurel.

Partant de cette distinction entre domination et pouvoir par le critère structurel de la domination, nous allons maintenant approfondir la définition du terme de domination de façon un peu plus précise comme « possibilité pour un groupe d’humains d’imposer par tout moyen leurs représentations, idées, normes, lois, règles, croyances, vérités etc. à un autre humain ou groupe d’humains. »[3]

Il s’agit ici d’une définition tirée de Wikipédia que quelques petites recherches étymologiques et sociologiques corroborent suffisamment pour qu’elle serve de base.

Ainsi, pour résumer très grossièrement, selon cette distinction, braquer un pistolet sur la tempe d’une personne pour lui soutirer de l’argent c’est exercer un pouvoir, mais pas une domination.

Par contre on peut parler de domination de la bourgeoisie dans la mesure où il s’agit d’un groupe d’humains imposant ses idées, ses règles, ses lois, ses institutions, sa culture etc. à l’ensemble de la société, ou en tout cas aux groupes dominés.

Oppression

Opprimer et oppresser étant des quasi- synonymes on les emploiera ici indifféremment l’un de l’autre.

Leur origine est le latin premo qui signifie presser, avec le préfixe op, lui- même dérivé du préfixe ob qui indique l’idée d’opposition, d’obstacle.

Ils sont actuellement définis [4] comme « mauvais traitement, ou traitement injuste et systématique (le terme systématique a son importance) d’un groupe social par un autre ».

On voit ici que l’oppression n’est pas synonyme de domination : le phénomène d’oppression est, si l’on veut, la conséquence d’une situation de domination, sa face la plus visible et la plus ouvertement intolérable.

Le terme oppression est également quasi synonyme du terme discrimination, en étant cependant moins vague et politiquement plus fort.

FICHIER PDF

 ———-

NOTES

———-

[1] Max WeberEconomie et société. Tome I. Chapitre 1.16. Pocket. p95.

[2] Max WeberEconomie et société. Tome I. Chapitre 1.16. Pocket. p95.

[3] https://fr.wikipedia.org/wiki/Domination

[4] https://fr.wikipedia.org/wiki/Oppression

 

Publicités

Un commentaire sur “Pouvoir- Domination- Oppression

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s